Challe

Parmi tous les corpus des XVIIe et XVIIIe siècles susceptibles de fédérer les recherches que met en œuvre l’OBVIL, l’un des plus remarquables est celui qui entoure l’œuvre de Robert Challe (1659-1721), et notamment son texte le plus célèbre.
En 1713 paraît un roman anonyme, Les Illustres Françaises, dont l’immense succès est attesté par quatorze rééditions jusqu’en 1780 et des traductions étonnamment précoces, en anglais (1727), allemand (1728), néerlandais (1730, 1738, 1748). Le titre désigne les héroïnes d’exception dont les aventures amoureuses sont racontées dans sept histoires subtilement unifiées par les liens qu’entretiennent entre eux les héros, les narrateurs et les auditeurs.
Son influence est reconnue dans l’histoire croisée des échanges entre le roman français et le roman anglais dans les décennies du XVIIIe siècle qui ont connu le triomphe du genre romanesque. Le roman réaliste libertin était né. La redécouverte de son auteur constitue depuis 1947 un phénomène scientifique exceptionnel.
Dans le cadre et avec les moyens de l’OBVIL, le projet Challe élargit le champ des études sur leur auteur, parisien, voyageur, romancier, mémorialiste et philosophe déiste clandestin, en fédérant des recherches sur la vie intellectuelle, sociale, politique et artistique de son temps. Les années où il a vécu, voyagé et écrit constituent une période particulièrement riche, un tournant dans l’histoire des idées et de la création en France et en Europe. Robert Challe nous semble le meilleur guide pour redécouvrir cette richesse, en raison de la diversité de son œuvre et de sa modernité. Et inversement le vaste réseau générique, critique et philosophique qui éclaire et prolonge son œuvre constitue la matière privilégiée d’une enquête précise de l’Observatoire de la vie littéraire.

Par sa nature le corpus Challe, dans toute son extension, correspond pleinement aux axes principaux du projet OBVIL.

La réception des Illustres Françaises pose de façon aiguë la question de la valeur attribuée à une œuvre littéraire. Après un immense succès européen, prouvé par les rééditions et les traductions, l’œuvre est tombée dans un oubli presque complet, dont les causes méritent d’être élucidées, avant d’être considérée comme un chef-d’œuvre. D’autre part la figure d’écrivain de Robert Challe, auteur longtemps sans visage et même sans identité bien établie, s’est peu à peu constituée au fur et à mesure de la redécouverte, au cours du dernier demi-siècle, du reste de son œuvre. Il est en effet l’auteur d’une Continuation de l’histoire de l’admirable Don Quichotte de la Manche, d’un Journal de voyage aux Indes orientales, de Mémoires, autobiographiques et historiques, et d’un important traité déiste resté inédit jusqu’en 1970, Difficultés sur la religion proposées au Père Malebranche. C’est cet ensemble et sa réception qui forment le corpus du projet.

À cause de leur succès, Les Illustres Françaises ont échappé à leur auteur en donnant lieu à de multiples adaptations, réécritures et continuations apocryphes. Ce domaine constitue un passionnant sujet d’étude. De nouvelles ressources électroniques utilisées dans le cadre de l’OBVIL, notamment les algorithmes de détection du plagiat, permettent d’élargir l’enquête dans la foisonnante production narrative du XVIIIe siècle et de préciser la nature et l’étendue des matériaux de réemploi et des thématiques récurrentes, de Crébillon à Sade en passant par Diderot et Restif de la Bretonne. Ce travail bénéficie de la synergie avec les programmes d’édition de texte déjà engagés dans l’UMR 8599 (CELLF).

Toutes les œuvres de Challe ont déjà fait l’objet d’étions critiques récentes, mais le projet OBVIL Challe aboutira à un livre numérique monumental qui les complétera dans une démarche résolument nouvelle. Après l’océrisation de toutes les œuvres à partir d’éditions anciennes, étape déjà franchie par l’équipe, s’effectue la mise en réseau de toutes les informations, de tous les textes, de toutes les images, et de toutes les créations musicales qui, depuis le XVIIe siècle, sont en rapport avec le corpus challien. Ce produit scientifique évolutif est progressivement constitué par un travail collectif qui comporte un volet de recherche bibliographique et documentaire ainsi qu’un volet de veille critique attentive à la production contemporaine et aux réalités du contexte historique, culturel et matériel.

Cette somme intelligente n’est pas réservée aux spécialistes. Son objectif est de rendre accessible à un large public international l’ensemble des recherches en cours et de favoriser l’interactivité avec des utilisateurs dispersés. Une série de manifestations a déjà été ouverte au grand public en décembre 2013: un colloque international de trois jours intitulé « Paris 1713 : l’année des Illustres Françaises », une exposition à la Bibliothèque de l’Arsenal et un concert intitulé « Un témoin de la vie musicale parisienne : Robert Challe ». Suscitée par la culture et les goûts de l’auteur, l’exploration du contexte historique, de la vie littéraire, des arts et des spectacles à Paris en 1713 exploite d’heureuses coïncidences chronologiques. Par leur caractère concret, ces approches pédagogiques sont destinées à faciliter l’accès à une œuvre du passé et sa mise en relation avec le public contemporain.

En faisant entrer l’œuvre de Robert Challe dans l’échantillon de la production littéraire auquel s’applique la démarche de l’OBVIL, soutenue et élargie par une alliance étroite avec les ressources numériques, on ouvre un chantier particulièrement favorable à une réflexion théorique sur la formation, le rôle, le devenir de la figure de l’écrivain et sur l’histoire complexe des œuvres et de leur attribution jusqu’à leur vie cachée dans la conscience culturelle, morale et philosophique de la société contemporaine.

L’équipe du projet Challe de l’OBVIL travaille en collaboration avec différentes institutions :

le Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises des 16e-21e siècles (UMR 8599), le CRHQ de l’Université de Caen (UMR 6583), l’IRCL de l’université Paul-Valéry Montpellier III (UMR 5186), le CRIMEL de l’Université de Reims, le CECJI de l’Université de Brest, la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de l’Arsenal et la Bibliothèque Mazarine, le Conservatoire à rayonnement régional de Paris, le Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt.

Coordinateurs du programme :

Geneviève Artigas-Menant (CELLF), Christophe Martin (CELLF).

Autres membres :

Lise Andries, Jean-Claude Boyer, Shelly Charles, Sylvain Menant, Nathalie Rizzoni, Flora Roger-Mele (CELLF).

Carole Dornier (CRHQ Caen), Éric Francalanza (CECJI Brest), Delphine Petit (UPEC Créteil), Dominique Quéro (CRIMEL Reims), Maria Susana Seguin (IRCL Montpellier).

Conseillers :

Frédéric Glorieux, Vincent Jolivet, Éric Thiébault (pôle informatique, technique et bibliographique de l’OBVIL).

Martine Lefèvre, Sophie Nawrocki (Bibliothèque de l’Arsenal)

Frédéric Michel (CRR de Paris et de Boulogne-Billancourt)

Partager cet article